RSS

Archives de Tag: Culture

Un violon sur le toit. (Film)

Un violon sur le toit :

(Fiddler on the Roof) est une comédie musicale en deux actes de Joseph Stein, lyrics de Sheldon Harnick et musique de Jerry bock, basée sur l’œuvre de Cholem Aleichem.    

Créée à l’Imperial Theatre de Broadway le 22 septembre 1964, la pièce originale a connu 3 243 représentations et a été récompensée par neuf Tony Awards en 1965.

Elle a, par la suite, été jouée dans plusieurs pays, traduite en plusieurs langues et adaptée au cinéma en 1971.

La trame :Un violoniste perché sur le toit, tente de jouer un air de virtuose tout en maintenant constamment son équilibre (l’image n’est pas tirée des romans de Cholem Aleikhem mais des tableaux de Marc Chagall) : c’est à cela que ressemble le Juif moyen d’Europe de l’Est, vivant bon an mal an dans son petit village, parfois depuis des générations, en se raccrochant à ses traditions. Mais les temps changent…

Synopsis : Le laitier d’un petit village du sud de l’Ukraine a bien du mal a marier ses cinq filles qui veulent en matiere de mariage n’en faire qu’a leur tete. Chef d’une famille juive, Teyve doit en plus faire face aux pogroms de plus en plus violents. Il est finalement, lui et sa famille, contraint a l’exil.

Le Film : Titre original : Fiddler on the Roof
Long-métrage américain . Genre : Comédie musicale
Durée : 03h00min Année de production : 1971.

Arnaud Parise.

 
Poster un commentaire

Publié par le 21 mai 2011 dans Original

 

Étiquettes : , , , , , ,

Un Violon sur le Sable

L’orchestre du premier Violon sur le Sable était constitué… d’un seul violoniste de l’Opéra de Paris accompagné d’une bande son, déjà sur la plage de Royan – L’un des plus beaux sites de la Côte Atlantique. L’année suivante ce fut un quatuor, puis les années suivantes, un orchestre de chambre se transformant par la suite en un ensemble d’une vingtaine de musiciens avec un chef.

Autre étape, le passage à l’orchestre symphonique (55 membres) toujours pour un concert unique. Enfin, aidé par la Ville de Royan et le Conseil Général de la Charente Maritime sous le label « festival Sites en Scène », en 1999, le VIOLON SUR LE SABLE pris son envol en proposant trois concerts différents espacés sur une semaine, toujours avec une formation d’une soixantaine de musiciens.

Aujourd’hui c’est un magnifique Orchestre de 85 musiciens classiques, sous la direction de Jérôme PILLEMENT, auquel se joignent chaque soir divers solistes, qui illumine la grande Plage de Royan.

Royan : Station balnéaire très prisée de la côte Atlantique, possède des atouts géographiques et climatiques exceptionnels. Une magnifique étendue de sable bordée de dunes longe tout le flanc ouest de la ville. La Plage de la Grande Conche à Royan, petit coin de paradis, s’étend sur 2 650 m de sable en anse orientée plein sud, une rareté sur cette côte atlantique, et s’élance de la nouvelle jetée du port de plaisance jusqu’aux rochers de Vallières sur la commune de Saint-Georges-de-Didonne, narguant et alléchant de ses clapots le patrimoine architectural.

La plus grande réussite du Violon sur le Sable : son public. A chaque concert, plus de 40 000 spectateurs, mélomanes ou novices, petit ou grand, plongent dans un profond respect et une grande émotion, séduits aussi par le répertoire composé d’extraits des plus grandes oeuvres telle une véritable compilation classique.

Les 25, 27 et 29 juillet 2011

Jérémy DRAPPIER

 
Poster un commentaire

Publié par le 16 mai 2011 dans Violon

 

Étiquettes : , , ,

Un peu de culture :^)

EXPRESSION : « Pisser dans un violon » 

Cette expression s’emploie très souvent dans des formes comme c’est comme si on pissait dans un violon ou bien autant pisser dans un violon ! pour indiquer l’inutilité totale de l’action ainsi qualifiée.

Pisser, mot qui vient du bas latin pissiare (pour « uriner »), n’est considéré comme vulgaire que depuis le XIXe siècle.
Auparavant, son usage était aussi naturel que la fonction elle-même, le mot uriner étant réservé au milieu médical.
De nos jours, dans le langage courant, on ne dit ni uriner, vu comme trop pédant, ni pisser, trop vulgaire, mais plutôt faire pipi considéré comme acceptable et venu du monde des enfants.

Il est certain que, si on veut produire une agréable mélodie, pisser dans un violon ne servira vraiment pas à grand chose, même en visant les cordes et en y baladant le jet.
Mais pourquoi une telle association ? Pourquoi un violon au lieu d’un banjo, d’une pelle à tarte ou d’une passoire ?
Telle quelle, l’expression date de la fin du XIXe siècle, et rien ne l’explique vraiment.

Mais on suppose que le verbe pisser n’est apparu, par plaisanterie, qu’en remplacement d’un verbe comme souffler ou siffler.
La locution d’origine aurait alors été souffler dans un violon (dont on trouve effectivement une utilisation dans un numéro de l’Apiculteur de 1901), action dont l’inutilité est flagrante lorsqu’on sait que souffler dans une flûte ou une trompette permet effectivement de produire de la musique, mais qu’avec un violon, le résultat devient tout de suite nettement moins probant.

Louis C

 
Poster un commentaire

Publié par le 8 mai 2011 dans Original

 

Étiquettes : ,

 
%d blogueurs aiment cette page :